Imatges de pÓgina
PDF
EPUB

unjust, unfounded, and unchristian charges promiscuously hurled against the unfortunate heir of a deplorable system. For the nonce what I look for is the cause why this great agitation, instead of finding sympathy, not unmixed with criticism, among the nations of the continent, has loosened a perfect tornado of ill-will and bad words.

Undoubtedly there is among too many of the inhabitants of other countries an unshakeable conviction that English feeling is hypocrisy. Nothing is more absurd than this impression. It is not necessary to be a very far-looking student of human psychology to know that the English temper is at once uncommonly practical with a kind of matter-of-fact hardness, and strangely emotional. There is in the English soul, under a superficial coat of proud reserve, of affected coldness, of pragmatical no-nonsense-ness, a rich vein of true sensibility, of humanitarian eagerness, of an even aggressive philanthropy. Only we must not forget that the human mind is not without its contradictions or its phases; that Englishmen, if they have their vigils of holy and crusading zeal, have their morrows of practical reaction; and that history-I mean the most contemporary history-teaches us to fear a little the swingings of the humanitarian pendulum.

How could we forget the tears we or our fathers mingled twenty years ago with those of the generous champions of Bulgaria, but how could we, too, obliterate the memory of that painful awaking from the noble dreams of 1876, when a Semitic statesman knew how to confiscate for the purposes of his egoistical policy the powerful movement initiated by Mr. Gladstone, and how to intoxicate with jingoism, imperialism, and hate of Russia, the selfsame masses which had cheered to the echo, on Blackheath Common, the burning words of the great Liberal leader? We had witnessed an indisputable philanthropic crusade ; but an Eastern magician had brandished his wand, and, hey presto ! the whole scene had changed, the holy war had degenerated into a political rivalry, and Cyprus was the only monument which remained of this great upheaval of conscience !

Since that time we have seen Egypt occupied under a wholly disinterested pretext; we have heard the solemn promises of a short stay and a prompt evacuation given by Mr. Gladstone, ratified and reiterated by every successive Government; and we see now the Nile Valley incorporated in fact with the British Empire, the reconquest of the Soudan undertaken against the advice of Lord Cromer, in order to put back to the Greek calends the execution of engagements which the principal organs of the press and a whole school of politicians begin to treat as null and void. Verily an instructive lesson about the value of self-denying ordinances !

Such then is the past which weighs so heavily upon the present. It is a very encouraging sign of the times to find a growing number of public men openly advocating the only means of retrieving these mistakes, A letter like that of the Right Hon. Leonard Courtney

1

[graphic]

to the Times is not only a new proof of the unequalled and incomparable independence of this hero sans peur et sans reproche of true freedom of thought: it is an evidence, among many others, of the progress of sounder views on the questions jingoism has so long succeeded in confusing and entangling.

This way lies the hope of a renewal of the entente cordiale of former times. This way, too, lies the chance of an agreement with Russia. If England begins to tread the road of conciliation in Africa, the chances are for her following the same impulse in Asia. Thus would be made easy the new triple alliance which alone, as we are told by those who know best, is able to resolve by pacific means this Eastern question so dreadfully weighing on the conscience of mankind.

After all, there is no mischief in trying to fancy what would be the results of the conclusion of an understanding, without which it seems there is no motive power sufficient to put into activity the European concert and to set it towards the right ends. As for the general prospects opened by such a consummation, imagination reels before their vastness. Once more I do not presume to answer for England the questions I have brought before my readers. My aim has been all along simply to expound not what England ought to do, but what she ought to do if she wanted one of the two solutions I indicated at the beginning of this article. It is for the English people, and only for them, to make their choice. It is for them to say once for all if they share yet the feeling so eloquently expressed by Shakespeare in his Henry the Sixth :

Hastings. Why, knows not Montague that of itself

England is safe, if true within itself?
Montague. But the safer when 'tis backed with France.
Hastings. 'Tis better using France than trusting France.

Let us be backed with God and with the seas,
Which He has given for fence impregnable,
And with their help only defend ourselves;

In them and in ourselves our safety lies. They may equally try the Triple Alliance and give as epilogue to the Homeric exchange of amiabilities with the German press the acceptance of German hegemony. One thing only is out of their power, and that is to remain as they are, without either an accession or a loss of strength, in a world which has completed the work of consolidation and where two great systems are henceforth to attract in their orbit or to repulse out of their sphere of influence the few remaining isolated bodies.

FRANCIS DE PRESSENSÉ.

1896

'LA TURQUIE ET SON SOUVERAIN

LA CRISE ACTUELLE, SES ORIGINES, SA SOLUTION

QUELQUES semaines après l'avénement au trône du Sultan Abd-ulHamid, lorsqu'on se préparait à célébrer la cérémonie de Kilidj-Alayi (prise de possession par le nouveau souverain de l'épée du fondateur de la dynastie, qui équivaut en Turquie au couronnement des souverains d'Europe), le grand-vizir Mehmed Ruchdi pacha, écoeuré des intrigues qui commençaient à se fomenter, avait offert sa démission. Le Sultan, mal assis sur le trône qu'un double changement venait de mettre à sa disposition, désirait s'entourer de ceux qui avaient été les auteurs de ces changements et dont l'énergie et la popularité seules pouvaient lui assurer le règne. Mehmed Ruchdi pacha était une force sur laquelle on pouvait s'appuyer et le Sultan désirait particulièrement le garder au pouvoir pour montrer à ses sujets, imbus d'idées de liberté en ce temps, qu'il marchait d'accord avec le parti de réformes; aussi envoyait-il émissaire sur émissaire auprès du grand-vizir pour le persuader à retirer sa démission; mais le vieux Sadrazam restait inébranlable; las enfin de l'insistance qu'on mettait à l'inviter à rester au pouvoir, Ruchdi pacha a fait à un ami, homme d'honneur et de confiance, les déclarations suivantes :

Il m'avait fallu dix ans pour connaître à fond le caractère d'Abd-ul-Aziz; dix jours m'ont suffi pour pénétrer celui d'Abd-ul-Hamid; depuis la fondation de l'Empire, un homme si atrocement dangereux n'était jamais monté sur le trône ; les calamités qui vont fondre sur la Turquie durant ce règne, dépasseront de beaucoup tout ce que l'histoire de ce pays a enregistré; n'insistez pas sur le retrait de ma démission ; je ne veux pas mêler mon nom à l'histoire du démolissement de ce grand empire. Il avait bien prévu, le malheureux grand-vizir, l'avenir que la nature perverse d’Abd-ul-Hamid préparait au pays; et il a bien eu sa part dans le malheur, puisqu'il est allé finir sa vie, faite de travail et d'honnêteté, dans l'exil !

Jamais l'Empire ottoman ne s'est senti si près de l'abîme et tout le monde est d'accord pour rejeter la responsabilité de cette catastrophe personnellement sur le souverain. Comment cet état de choses a-t-il été créé ? quel état d'âme a conduit le Sultan à saper de ses mains, dans ses plus profonds fondements, le patrimoine que ses aïeux lui avait laissé ? c'est ce que nous nous proposons d'étudier en évitant de répéter tout ce qui avait été dit jusqu'à présent sur ce sujet.

[graphic]

I

C'est une révolution qui a fait monter Abd-ul-Hamid sur le trône; la déposition de son oncle et la maladie de son frère ont formé devant ses yeux un tableau qui ne s'est jamais effacé depuis. En même temps, il a vu dans ce qui s'était passé un enseignement dont il devait faire son profit.

Le courant libéral et constitutionnel ne convenait pas à la nature et aux idées du monarque; pourtant ce courant présentait dans le pays une force respectable ; il fallait une autre force pour remplacer celle-ci ; quelle pouvait être cette force ? Abd-ul-Hamid y a pensé sérieusement et après mûre réflexion a trouvé la force musulmane, le fanatisme pour faire contre-poids ; et tandis que d'un côté il promulguait la Constitution et ordonnait l'ouverture de ce malheureux parlement ottoman qui ne devait avoir que deux sessions, de l'autre il invitait à Constantinople les plus influents Cheikhs et Mollahs des diverses provinces de la Turquie et quelques notabilités religieuses d'autres pays islamiques pour s'entourer d'eux et en faire ses organes.

Grandi entre les mains de quelques ulémas et eunuques fanatiques, ayant reçu une éducation exclusivement religieuse, dans laquelle la superstition tient la place la plus importante, Abd-ul-Hamid était porté par sa nature soupçonneuse et par son éducation intolérante à subir les influences de ces serviteurs du Coran, qui ont presque tous exploité les faiblesses du souverain dans un but de profit personnel.

Le Sultan et ses créatures ont travaillé la population musulmane pendant plus de quinze ans en excitant ses passions fanatiques contre la chrétienté; après avoir créé, sous l'impulsion de l'eunuque Hafiz Behram (mort depuis), l'affaire d’Arabi pacha en Egypte, après avoir caressé pendant quelque temps, sous l'influence du Cheikh Eb-ulHuda (celui qu'on appelle communément à Constantinople le jésuite musulman) le rêve de jeter avec les pays islamiques les bases d'une grande union musulmane dont le Sultan serait le chef en sa qualité de Calife (qualité contestée en Perse, au Maroc et dans une partie du Hédjaz même), la camarilla du Palais a changé de tactique et toute l'action a été centralisée dans le pays même.

Les libéraux ottomans, les auteurs de la Constitution, avaient dit aux populations de l'Empire:

Ce sont l'égalité et la justice qui régneront désormais dans le pays ; le musulman y gagnera autant que le chrétien ; ce qui lui est soustrait comme prépondérance politique, sera sans doute gagné par les progrès matériels et moraux qui résulteront d'un régime tolérant et juste ; régime qui consolidera en même temps l'existence chancelante de l'Empire.

Le Sultan et la camarilla du Palais, pour donner le change à l'opinion publique musulmane et la détourner de sa direction, ont dit à l'adepte du Coran : “Constitution ! .. Parlement! . . . Egalité ! ...

i. mais ne vois-tu pas que c'est là ta perte à toi ? Tes pères ont conquis ce pays avec leur sang, ils ont réduit les guiavours (infidèles) à l'état d'esclaves et tu veux en faire tes égaux! ne sens-tu pas qu'en agissant ainsi non seulement tu méconnais la loi du Prophète, mais encore tu lèse tes propres intérêts ? Ce pays est à toi et ta religion te défend de traiter d'égal celui qui est destiné à n'être que ton esclave; au lieu de lui faire de nouvelles concessions, tu dois au contraire lui retirer les avantages qu'il a su conquérir dans le courant des temps ; c'est là ton vrai rôle !

Et tandis que le Gouvernement essayait avec une mauvaise foi manifeste d'annuler les privilèges des communautés chrétiennes, ne craignant pas même de provoquer la fermeture des églises grecques, comme cela s'est produit en 1890, tandis que les chrétiens se voyaient écartés des fonctions publiques et on leur rendait difficile l'accès de plusieurs écoles supérieures pour qu'ils ne pussent se créer des titres aux fonctions publiques, une pression économique était simultanément opérée sur eux, afin de les réduire à la misère et faire ressortir

par

là leur situation de nations conquises ; on espérait en même temps prouver aux yeux des populations musulmanes la supériorité de ce nouveau courant, qui leur procurerait des avantages matériels.

Comme tous les hommes d'une éducation bornée, Abd-ul-Hamid a toujours cru à la toute-puissance de l'or; l'expérience qu'il a faite de certains hommes publics d'Europe et d'une partie de la presse européenne n'a pas été pour peu dans cette conviction; aussi en créant une question économique dans son pays au détriment des chrétiens, il espérait leur enlever tout moyen d'action, tandis qu'il croyait s'attacher davantage les musulmans qui, suivant son opinion, devaient gagner le terrain perdu par les chrétiens.

Il ne prévoyait pas, le malheureux souverain, que rendre la vie impossible aux chrétiens, c'était provoquer chez eux des velléités de révolte et que cette politique aurait en même temps pour contre-coup de tourner contre lui l'élément musulman, dont la situation économique est intimement liée à celle des chrétiens, le commerce du pays se trouvant entre les mains de ceux-ci.

Il ne prévoyait pas surtout qu'en mettant le hola contre l'élément chrétien ce qu'il encourageait ce n'était pas l'esprit de progrès chez le musulman, mais bien le fanatisme, cette soif de massacre et de pillage dont l'Europe avait vu de si tristes exemples en Bulgarie et qui devaient se renouveler d'une manière plus cruelle encore en Arménie et à Constantinople même.

« AnteriorContinua »